Méthode utilisée dès le XIXe siècle pour reproduire les œuvres d’art et les illustrations de livres et de magazines, la technique de la lithographie est largement employée dans les impressions offset. Elle repose sur le phénomène de répulsion naturelle entre la graisse et l’eau. Voici les étapes de ce procédé.

Le grainage de la pierre

Dans un premier temps, le lithographe devra préparer une pierre sur laquelle il va effectuer la reproduction ou le dessin selon le cas. Pour cela, il choisira une pierre assez tendre pour qu’elle puisse être aplanie facilement et présenter en fin d’opération une surface polie et bien lisse. Pour réussir une lithographie, on utilise deux plaques de pierre qui doivent présenter une surface à peu près plane (sans bosse ou creux) de telle façon qu’elles puissent se frotter l’une à l’autre et s’user mutuellement.

Au début, le maître lithographe insère une couche de sable mouillée entre les plaques et les frotte entre elles en formant des « huit » méthodiquement. Au sujet du sable utilisé, on commence par du gros grain, puis celui-ci diminuera progressivement jusqu’aux grains très fins pour finaliser le grainage. Cette première étape peut durer entre 15 et 30 min et il obtiendra deux plaques de pierre très polie, prêtes à être travaillées.

Le dessin et l’encrage de la pierre

En second lieu, le dessinateur trace à l’aide de crayons à mine spécialement grasse son œuvre sur la pierre polie, comme il le ferait sur un papier. Toutefois, il devra le dessiner à l’envers ou en négatif surtout pour les chiffres et les lettres, et il dessinera autant de pierres qu’il y aura de couleurs sur son dessin.

La pierre est ensuite calée sur une presse à bras et le lithographe verse sur la gravure sur pierre de l’essence de térébenthine, qui va enlever le charbon noir du crayon et ne laisser que le « gras » totalement incrusté à même la pierre. Celle-ci sera ensuite mouillée grandement avec une éponge imbibée d’eau jusqu’à saturation. Cette hydratation est utile pour empêcher que l’encre ne se fixe sur la pierre qu’aux endroits qui comportent le dessin.

L’impression de la pierre

Le lithographe encre son rouleau et le passe et repasse sur la pierre verticalement, horizontalement et en diagonale. Après le passage du rouleau, seules les parties marquées par le « gras » du crayon sont imprégnées d’encre, les autres parties gorgées d’eau restent intactes. On obtient ainsi deux pierres ayant des couleurs différentes qui seront assemblées sur la presse à bras. On insère ainsi une feuille entre les deux pierres et celle-ci comportera le dessin avec les deux couleurs composant la lithographie.